Jean Tubéry

Photographie de Jean TubéryPassionné par la musique italienne du XVIIe siècle, Jean Tubéry, après des études de flûte à bec aux conservatoires de Toulouse et d’Amsterdam, décide de se consacrer à l’un des instruments les plus appropriés à la faire revivre : le cornet à bouquin. Il suit alors l’enseignement de Jean-Pierre Canihac (Toulouse) et de Bruce Dickey à la Schola Cantorum de Bâle, dont il obtient le diplôme de concertiste. Il a joué avec les ensembles Clemencic Consort, Clément Janequin, Les Arts Florissants, Collegium Vocale de Gand, Concerto Vocale, Hesperion XXI, Huelgas, Cantus Cölln, Elyma, La Petite Bande, Il Giardino Armonico, etc…

En 1990, il fonde l’ensemble La Fenice, avec lequel il obtient dans la foulée le Premier Prix des Concours Internationaux de Musique Ancienne de Bruges et de Malmö.

Son intérêt pour le répertoire vocal l’amène également à la direction de chœur, qu’il a étudiée auprès de Hans Martin Linde et Pierre Cao. Il a ainsi été sollicité par des ensembles tels que Jacques Moderne, Dunedin Consort (Edinburgh), Norway Solistenkor (Oslo) et le Chœur de Chambre de Namur dont il a été le chef titulaire de 2002 à 2008. En 2008, le chœur de Radio-France lui confie un projet autour de la musique sacrée du Grand Siècle, tandis qu’il est invité à diriger l’académie internationale d’Ambronay, autour des œuvres à grand effectif de Giovanni Gabrieli. Depuis 2010, le chœur Arsys Bourgogne fait régulièrement appel à lui en tant que chef invité.

Il a enregistré pour les labels Ricercar, Accent, Erato, Harmonia Mundi, Sony Classical, Virgin, Opus 111, Naïve, Alpha, ainsi que pour de nombreuses radios et télévisions nationales en Europe, au Japon et aux Etats-Unis. La série discographique « L’héritage de Monteverdi » réalisée avec le label Ricercar de 1995 à 2001, a été saluée par la presse spécialisée comme un « événement majeur dans l’univers du XVIIe siècle ». En 2003, il reçoit avec l’Ensemble La Fenice le grand Prix de l’Académie Charles Cros pour les enregistrements « Messe pour la Toison d’Or » de Matteo Romero, et « Symphoniae sacrae » de Giovanni Gabrieli.

Ses enregistrements réalisés à l’occasion des anniversaires des grandes figures du XVIIe siècle (Marc-Antoine Charpentier en 2004, Giacomo Carissimi en 2005, Johann Pachelbel en 2006, Dietrich Buxtehude en 2007) ont été unanimement salués par la presse musicale internationale, reconnaissant en son travail « une rigueur musicologique au service d’une inventivité artistique toujours renouvelée ». En 2010, sa version du Te Deum de Charpentier est élue version de référence par le magazine Classica. Il aborde également un répertoire plus tardif allant jusqu’à Jean-Sébastien Bach, dont un volume de Cantates de Noël, qualifié d’ « un des plus beaux enregistrements de cantates, malgré ses devanciers ».

Par ailleurs, Jean Tubéry enseigne le cornet à bouquin au Conservatoire Supérieur – C.R.R. de Paris (depuis 1990) et au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon, ainsi que l’ornementation improvisée  au Conservatoire Royal de Bruxelles. Il a été invité à donner des master-classes au conservatoire national du Luxembourg, ainsi qu’au Centre Vocal Européen, au Mannes College de New York, à l’université d’été du Connecticut, à la Case University de Cleveland,  à la Schola Cantorum de Bâle, à l’université d’Oxford, à la Musikhochschule de Trossingen (Allemagne), à la Sibelius Akademie d’Helsinki et à la Musikuniversität de Graz.

En 2001, il est nommé Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres par le Ministre de la Culture Catherine Tasca. En 2006, il reçoit le Prix Liliane Bettencourt à l’Académie des Beaux arts de Paris pour son travail avec le Chœur de chambre de Namur. L’année suivante, il enregistre pour Arte et la RTBF les œuvres vocales de Pachelbel et un oratorio de Pietro Torri (re-création). Il est alors élu personnalité musicale de l’année par le quotidien national belge « Le Soir ». En 2013, Jean Tubéry a été élevé au grade de Chevalier dans l’ordre des Palmes Académiques.

La résidence qui lui est offerte à Auxerre / Yonne / Bourgogne depuis Janvier 2009 lui permet également de faire découvrir la musique baroque dans le milieu scolaire, ainsi qu’en milieu rural, publics néophytes dont l’enthousiasme renouvelle sans cesse sa pratique musicale, et son engouement pour l’enseignement.